Tirage en « fer à cheval »

Cette méthode de tirage, très utilisée en consultation, permet de faire des lectures de types évolutifs. Elle propose d’analyser la situation présente, tant du point de vue du consultant que des circonstances extérieures à celui-ci. Dans un second temps, la lecture se poursuit avec des conseils d’orientation et précise quel obstacle principal il va falloir prendre en compte pour arriver à ses fins. Et pour finir, en toute logique, il est possible de dégager une réponse tenant compte de tous les éléments observés en amont.

La forme du tirage, en fer à cheval inversé (« U »), donne un bel élan à ce type de lecture qui s’adapte particulièrement bien à tous les processus devant s’inscrire dans une certaine durée de temps. Inutile de vous dire que pour des questions fermées de type « oui/non », ce tirage n’est pas adapté.

La lame 1 positionne le consultant face à sa question : l’énergie dont il dispose au moment présent, les atouts qui sont les siens, son état d’esprit face au processus engagé, etc.

La lame 2 est relative aux circonstances extérieures au consultant : la fameuse « conjoncture », les intervenants extérieurs, la tonalité du projet dans son ensemble, etc.

La lame 3 donne une indication sur la manière dont le processus est engagé : une vue à court terme en quelque sorte. Cette première orientation nous permettra, conjointement avec la dernière lame du tirage de dégager les perspectives d’évolution du processus en cours.

Les lames 4 et 5 sont des lames de conseil à étudier séparément, puis associés entre elles :  l’attitude à observer pour mettre toutes les chances de son côté, les aides à obtenir, les démarches à effectuer, les étapes intermédiaires à envisager, etc.

La lame 6 représente le principal obstacle à surmonter en ce qui concerne le projet : l’obstacle peut être d’ordre personnel (manque de préparation, de confiance en soi, d’engagement personnel par exemple) ou d’ordre extérieur (difficulté à obtenir des financements éventuels, opposition de tiers impliqués dans le projet, timing peu adéquat par exemple).

La lame 7 met en quelque sorte le projet sur « orbite »… Quand la lame 3 nous parlait de court terme, la lame 7 propose une vision plus lointaine de la réalisation du processus.Bien évidemment, certains petits plaisantins pourront dire : « pourquoi 7 lames ? Allons directement à la 7e ! »

Je leur répondrai tout simplement ceci :

« Votre projet est de déguster un excellent gâteau confectionné par vos blanches mains (c’est une expression, n’est-ce pas, pas un manifeste pour voter extrême-droite ! Vos mains peuvent bien être jaunes, noires ou bleues, ce n’est pas le problème. Mais je m’égare…).

Vous avez donc sous les yeux la lame 7, ou plutôt la photo de la recette qui est sur le livre de cuisine posé sur votre plan de travail. Pour autant, vous êtes encore bien loin de vous régaler, même si la salive commence à vous venir en bouche.

Et sans tout le processus en amont qui consiste à vous poser les bonnes questions (Est-ce que j’ai faim ? Ai-je de la farine ? Ai-je le temps de cuisiner ? En ai-je même envie ? Je n’étais pas au régime, moi ? Où ai-je collé les moules à baba ?) et à passer à l’action (se retrousser les manches, réunir les ingrédients, courir au supermarché parce la plaque d’œufs est passé directement de la clayette du frigo au carrelage,  prendre les escaliers parce que l’ascenseur est encore en panne, exécuter la recette, tenter de réussir la cuisson, trembler au démoulage et, parfois le plus difficile, attendre que le tout refroidisse) et bien sans tout cela, la belle photo de votre livre restera une belle photo dans un livre…

Votre lame 7 de même : une belle photo dans une lecture de Tarot… »

Toujours et encore, il est utile de le préciser : « l’avenir n’existe pas, il attend que vous le construisiez »

Bon appétit !

 

3 comments for “Tirage en « fer à cheval »

  1. graca
    15 septembre 2011 at 12 h 31 min

    Bonjour Sandrine,

    J’adore ton sens de l’humour
    « « Votre projet est de déguster un excellent gâteau confectionné par vos blanches mains (c’est une expression, n’est-ce pas, pas un manifeste pour voter extrême-droite ! Vos mains peuvent bien être jaunes, noires ou bleues, ce n’est pas le problème. Mais je m’égare…). »

    cela dit je ne connaissais pas cette méthode, merci.

    Graca

  2. Solune
    16 décembre 2012 at 16 h 14 min

    Bonjour,
    Enchantée de découvrir votre site sur le tarot (par le biais, je le confesse, de Walter Boralis, auteur qui semble vous avoir allègrement « pillée » comme vous le dites… C’est regrettable mais assez inévitable, hélas…
    Avec un grand-père maître-cartier, j’ai baigné dans les tarots de Marseille toute mon enfance et si je les ai délaissés pendant des années, trop occupée avec le travail, les enfants et tout le reste, j’y reviens…
    J’utilise beaucoup le tirage à sept cartes mais le mien est un peu différent (j’imagine qu’il en existe différentes versions).
    Je vous résume les valeurs attribuées aux positions (au cas où cela vous intéresserait) :
    1 : le passé
    2 : l’état du consultant au moment du tirage
    3 : le futur (plus ou moins net parce qu’on ne sait pas par rapport à quelle carte du tirage il faut lire l’arcane).
    4 : le conseil (ou les conseils) donné(s).
    5 : l’entourage
    6 : les obstacles à la réalisation (se lit par rapport à la 5 ou la 2 ou à une autre carte apparue comme importante)
    7 : la solution : la réalisation.
    La somme totale (la synthèse) donne la carte qui dirige le jeu.
    Parfois j’utilise cette carte de synthèse en faisant les liens avec les différentes cartes sorties… et ça emmène loin!
    Au plaisir d’échanges avec vous!
    Et merci pour votre humour ; c’est très sympathique!

    • admin
      20 décembre 2012 at 12 h 55 min

      Bonjour Solune et merci pour votre participation et vos encouragements…

      Bien évidemment, tout échange d’expérience est enrichissant et je vous remercie de nous en faire profiter. Ce tirage en « fer à cheval » est très intéressant en effet. Son énergie est orientée vers une progression plus « évidente » que le tirage en croix, que je ne dédaigne pas pour autant. Je l’utilise souvent (le tirage en fer à cheval) pour des questions d’évolution dans le temps afin de dégager les différentes étapes qui jalonneront le parcours étudié. Votre définition des valeurs attribuées aux différentes positions me parait tout à fait cohérente également. Le tout, c’est de se tenir à la convention de base établie avant le tirage. Pour ce qui me concerne, je n’utilise plus les cartes de synthèse ni les additions de lames entre elles depuis de nombreuses années. Pour autant, j’ai pratiqué cette méthode en son temps. Comme quoi, la pratique de notre art évolue avec nous et c’est ce qui rend cette aventure avec le Tarot passionnante. Toujours semblable mais jamais pareille !

      Au plaisir de vous lire Solune (deux beaux luminaires complémentaires si je ne m’abuse) et bonne reprise de contact avec le Tarot. Parfois on le laisse de côté un moment selon les temps de notre vie, mais il revient toujours …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *