3 comments for “Sans parole : Le Bateleur (détail)

  1. mutation divine
    31 août 2011 at 22 h 05 min

    ??????????????

    • admin
      1 septembre 2011 at 6 h 31 min

      Bonjour MD,

      Tu triches, c’est sensé être « sans parole »… je plaisante bien entendu tu es toujours le bienvenu ! De temps à autres, je place un détail d’arcane avec des analogies iconographiques mais sans commentaire. Car le Tarot, comme tu le sais parfaitement, ça se lit, ça se parle et ça se regarde.

      Ici, le détail de cette lame peut nous faire penser, par analogie graphique, au sexe de la femme. Et non, je ne suis pas la seule à oser cette comparaison – et oui, je me soigne quand même !

      Le chiffre 1, l’origine, la naissance. On peut y voir Gaïa — Gaya, Gaiya, Gæa ou Gè — déesse de la Terre, mère des dieux, liée au culte de la fécondité tout comme on peut y voir un cyprès vu de si loin (bon, promis, demain j’arrête), question d’optique. L’avantage, c’est que tout le monde a raison.

      Merci de ton intérêt et très belle journée à toi MD,

      Sandrine

    • admin
      1 septembre 2011 at 6 h 54 min

      Extrait de l’interview de Marija Gimbutas, éthnologue et archéologue d’originie Lithuanienne, auteur de « le langage de la Déesse », « Déesses et Dieux de la vieille Europe »…

      Dès 35.000 avant J.C, sur des symboles et des sculptures, nous pouvons voir que les parties du corps féminin étaient les parties créatrices: seins, ventre et fesses. C’était une vue différente de la nôtre – qui n’a rien à faire avec la pornographie.
      La vulve, par exemple, est un des symboles les plus tôt gravés, et on le lie symboliquement à la croissance, à la graine. Parfois à côté d’elle se trouve un motif de branche ou de plante, ou dans la vulve il y a quelque chose comme une graine ou une plante.

      Il est intéressant de noter que, dans la représentation graphique dont il est question sur la lame du Bateleur, nous avons tout à la fois suggéré la vulve et la plante…

Les commentaires sont clos.