Joyeuses fêtes pascales…

Voulant vous souhaiter à tous, avec un peu d’avance car je ne disposerai pas de moyen de communication dans les prochains jours, de très belles fêtes de Pâques, je suis tombée sur un constat assez surprenant. A la recherche d’une « belle image » sur notre ami « gogole », je tape « pâques »… et tombe sur… un bon milliard d’œufs, de lapins, de cloches, de poules, de poussins… Bref, j’aurais souhaité faire un peu plus solennel, mais bon. Pas même un seul petit Jésus en chocolat ! Du coup, afin que nous ne mourrions pas d’indigestion commerciale et/ou chocolatée, je vous propose un petit récapitulatif des traditions pascales et le pourquoi de tous ces œufs et autres grandes zoreilles :

De nombreuses coutumes païennes destinées à accueillir le retour du printemps se rattachent à la fête de Pâques (ou vice-versa, mais ça, c’est mon côté subversif…). L’œuf est le symbole de la germination qui se produit au début du printemps. Le lapin, quant à lui est un symbole païen qui a toujours représenté la fécondité : « pan-pan ». La tradition d’offrir des œufs remonte à l’Antiquité. Déjà, les Égyptiens et les Romains offraient des œufs peints au printemps car ils étaient le symbole de la vie et de la renaissance, ils étaient offert à la déesse mère (Vénus, Isis, Sémiramis…). À l’époque pharaonique, on écrivait en couleurs des vœux sur les œufs, on les déposait le soir dans un panier qui, au matin était inondé par les bienfaits de Ra, le Soleil. Les premiers Chrétiens Coptes ont supprimé l’écriture des vœux et peint les œufs en rouge pour symboliser le sang du Christ. Cette tradition païenne s’est répandue dans toute la chrétienté jusqu’à nos jours.

L’Église ayant instauré au IVe siècle l’interdiction de manger des œufs pendant le Carême et les poules continuant à pondre bêtement, les œufs pondus depuis le début du Carême et peu propices à la consommation étaient alors décorés et offerts. De nos jours, le jeûne n’est plus prescrit aussi strictement mais la tradition d’offrir des œufs le matin du dimanche de Pâques, y compris en chocolat, est restée. Certains pays comme la France et la Belgique, expliquent aux petits enfants que, muettes depuis le Jeudi Saint, les cloches se sont envolées pour Rome… C’est à leur retour, le Dimanche de Pâques, carillonnant en force, qu’elles sèmeraient des œufs à la volée sur leur passage…

Voilà pour les œufs, poules, cloches et lapins… A consommer avec modération, mais régalez-vous tout de même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *