Illustration de couverture de Jeu et Enjeu de la psyché de Carole Sédillot

Carole m’a proposé de lui créer l’illustration de la couverture de son dernier ouvrage : Jeu et Enjeu de la psyché – pensée jungienne, alchimie et archétype du tarot aux éditions Dervy. Je suis honorée de cette marque d’amitié et de confiance et j’ai travaillé, selon ses instructions, sur le Mutus Liber et le Tarot conjointement, afin d’illustrer son propos.


 Frontispice du Mutus liber Illustration de la couverture de « Jeu et Enjeu de la psyché »

Voici le petit texte qui accompagnait ma proposition afin d’éclairer la façon dont j’avais abordé le sujet. Carole a eu la gentillesse de le reprendre dans son ouvrage, je vous le livre donc…

L’Etoile, le Mat… et son chien

Il est, de prime abord, relativement aisé de faire l’analogie iconographique de la première planche du Mutus Liber et des deux lames du Tarot « dit de Marseille » qui y sont ici superposées. C’est d’ailleurs l’angle avec lequel ce travail a été abordé. En effet, l’ange à la trompette de la lame du Jugement est quasiment identique au frontispice du Mutus Liber. Quant au bel endormi, sujet du Grand Œuvre, il évoque sans grand effort le pèlerin du Tarot, le Mat, qui, suivant son étoile, se serait un moment assoupi.

Le seul élément quelque peu insolite de ce « mariage arrangé » semble en fait être le chien qui veille sur le sommeil de l’homme au repos. Mais, à y regarder de plus près, cet intrus en est-il vraiment un ?

Grand psychopompe universel, le chien chemine aux côtés de l’homme depuis la nuit des temps pour guider, protéger ou garder de ce qui pourrait être tapi dans l’obscurité de la mort comme dans celle du sommeil.

Qu’il soit mâle et « de Corascène » pour représenter le Soufre ou femelle et « d’Arménie » pour représenter le Mercure, le chien a bel et bien une place de choix dans le grand bestiaire alchimique. Si l’arrière train manquant de la bête ne nous permet pas de déterminer le sexe de celle-ci, l’Arcane de la Lune y est plus propice, mais ceci est une autre histoire…

D’un point de vue mythologique et symbolique, cet animal, tantôt loup pour l’homme tantôt fidèle gardien selon les traditions, représente la purification par l’auto-sacrifice, le premier dévorant le second ; étape cruciale avant la résurrection annoncée par l’Ange du Jugement, cet autodafé individuel ou actus fidei est « acte de foi ». Il débouchera pour l’opérant consciencieux sur la découverte de la pierre philosophale pour les uns ou l’apogée du processus d’évolution psychique pour les autres.

Laissons-donc le Mat suivre son chemin en bonne compagnie. Et si son étoile brille très fort, c’est peut-être parce qu’il s’agit de Sirius, l’étoile la plus brillante du ciel nocturne qui guide les voyageurs depuis des temps immémoriaux, nichée dans la constellation du… Grand Chien.

j’aime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *