Les cartes… endroit ou envers ?

Voilà un autre débat qui fait rage dans les chaumières… du moins dans celle où on lit le Tarot en préparant la soupe du soir. Il fait rage depuis peu de temps cependant, comparé au grand âge de notre Ami et dans la mesure où les tirages incluant des cartes à l’« envers » sont relativement récents.

Nous allons cependant nous attarder un peu sur le sujet. Au-delà de l’aspect technique de lecture du Tarot, dont il sera bien entendu question ici, qu’est-ce que peut bien signifier « voir » les cartes, et qui plus est, « voir les cartes à l’endroit ou à l’envers » ?

A l’envers, kézako ?

(ndla : kézako -> patois largement usité à la maison et signifiant à peu de chose près : « qu’est-ce que c’est que ça »)

Cerveau et vision

Dans un premier temps, nous allons examiner brièvement notre système de vision. Parce que, après tout, qu’est-ce que c’est « à l’envers » ?

Je suppose que vous le savez tous, mais il peut être utile de le rappeler ; lorsque notre œil perçoit une image, cela suppose que la lumière (le projecteur) qui va conduire cette image jusqu’à notre cerveau va traverser tout d’abord la pupille et le cristallin. Or, pendant le trajet, cette image, confrontée à un autre milieu que l’air (l’humeur vitrée) va se réfracter, s’inverser et s’inscrire sur la rétine (qui joue en quelque sorte le rôle d’un écran de cinéma) à l’envers.

Alors, cela signifie t-il que notre perception de la réalité est « fausse » pour autant ? Et bien non, pas vraiment, elle est simplement adaptée à notre condition d’être humain avec ses propriétés physiques et psychiques. La « réalité » d’une grenouille cependant sera toute différente, mais c’est une autre histoire… Mais le processus de vision ne s’arrête pas là. Cette image projetée sur la rétine va devoir être « interprétée » par le cerveau qui lui, va la restituer dans son sens d’origine.

A telle enseigne que des expériences ont été faites par des chercheurs américains. Ils ont fait porter à des volontaires des lunettes qui inversaient les images. Au début, ces personnes voyaient « à l’envers », puis, au bout d’une semaine environ, elles ont commencé à voir de nouveau à l’endroit. Quand elles ont été habituées à revoir à l’endroit on leur a enlevé les lunettes : elles ont à nouveau vu à l’envers pendant encore environ une semaine. Le cerveau a mis une huitaine de jours pour rétablir la situation, mais il l’a fait à chaque fois.

Cerveau et interprétation

Sur l’image ci-contre (appelée « effet Tachtcher » par son créateur Peter Thompson) on peut constater que le cerveau cependant se permet de « petits arrangements » avec la réalité.

1

Photo « normale » à l’envers

3

Photo trafiquée (bouche et yeux inversés) mais pas choquante pour autant pour notre cerveau

2

Photo « normale »

4

Photo trafiquée (bouche et yeux inversés) mais pas « terrible »

Cerveau et perceptions

Le processus de vision nous permet donc, en quelque sorte, de relier le monde extérieur avec la représentation intérieure que nous nous en faisons. Et pour ce faire, le cerveau a des temps de réaction très variables.

Un signal émotionnel inconscient est transmis par nos sens via une plaque tournante que l’on appelle le thalamus à des centres nerveux particuliers du cerveau (les centres amygdaliens) qui sont responsables des réactions de peur, de colère et de déclenchement d’émotions, et des réactions physiologiques correspondantes notamment de sauvegarde de l’individu. Et ce signal est de l’ordre de l’instantané.

Au contraire une réaction logique et sensée de la pensée n’est possible qu’au bout de quelques secondes, par transmission au cortex préfrontal et frontal.

Il est donc normal qu’en matière de perception notre cerveau ait d’abord une perception immédiate instantanée d’ordre affectif, et que par la suite seulement, il puisse analyser et interpréter logiquement les sensations.

Et les cartes dans tout ça ?

Cartes et sensations

Au vu de ce qui précède, il est assez aisé de comprendre que, lors d’une lecture de Tarot, c’est tout d’abord, endroit comme envers, notre monde émotionnel qui va d’abord être sollicité. En tout premier lieu, la vision des cartes disposées sur la table va venir interpeller nos affects, nos sentiments, nos réactions d’ordre « primitives » et instinctives. C’est vraisemblablement au moment précis où les cartes sont mises en visibilité que le tarologue pourra faire appel à ce qui est de l’ordre de l’« intuitif ». Certains parleront de « flashs », d’autres de « visions » mais peut importe le vocabulaire finalement… C’est également à ce moment là que le consultant va recevoir le jeu et se placer dans un état émotionnel particulier qui sera propre à ce qu’il est à l’instant « T » de cette consultation.

Ce n’est que dans un second temps qu’un deuxième niveau, plus logique et plus « rationnel » va se mettre en place… pour l’un comme pour l’autre. C’est le niveau de l’« interprétation » ou de la lecture proprement dite.

Il n’est pas inutile d’insister sur la responsabilité qui est celle du tarologue : le consultant étant plongé instantanément dans un monde d’affects qu’il maîtrise plus ou moins bien selon son vécu personnel, il est impératif d’en tenir compte avant d’ouvrir la bouche !

Cartes et interprétations

Les partisans du « tout à l’endroit »

Ils sont très nombreux, peut être bien majoritaires. Pour eux, le Tarot est un livre et, comme tout livre, se lit à l’endroit. Faire autrement serait de l’ordre du sacrilège en quelque sorte. Pour d’autres, mais ils ne l’avoueront pas tous, la vision d’un jeu retourné leur procure une sensation de malaise dans laquelle ils ne peuvent pas se projeter.

Cette sensation peut évidemment être commune au tarologue et au consultant, c’est pourquoi un tarologue qui utilise la méthode endroit/envers auprès d’un consultant qui visionne le jeu (les consultations par téléphone ne présentent bien entendu pas le même risque) devra redoubler de prudence et de bienveillance dans son interprétation des cartes inversées.

Dans le cas d’une consultation « tout endroit », c’est bien évidemment le positionnement des cartes les unes par rapport aux autres qui devra déterminer où sont situés les faiblesses et axes d’améliorations potentiels. Sinon, cela reviendrait à dire que certaines cartes sont bénéfiques et d’autres nuisibles : « oh la jolie Tempérance, oh le vilain Diable ! » Nous tombons là dans une vision très « cartomancienne » du Tarot qui ne nous permet pas d’en approcher la véritable nature, beaucoup moins manichéenne que cela, du moins à mon humble avis.

Ainsi sortir une Maison-Dieu si l’on envisage d’acheter une maison est plutôt sympathique ; voir arriver un Hermite si l’on est un futur ou jeune retraité ne nous condamne pas pour autant à un cycle de 9 ans de galère et de solitude ; a contrario, découvrir une Etoile ne nous promet pas systématiquement la bonne combinaison au prochain Euro-million…

Pour finir, le « tout endroit » se justifie pleinement pour moi, lorsque l’on utilise une convention de tirage qui intègre le « pour » et le « contre ». Par exemple, le fameux « tirage en croix » qui indique que la carte en position n° 2 est celle qu’il faudra consulter si l’on souhaite examiner les faiblesses ou obstacles liés à la question posée par le consultant (cf. méthodes de tirage). Pourtant, certains, peut-être avides de complexités de l’esprit, procède à ce fameux tirage avec des cartes à l’endroit et à l’envers. En position n° 1, qui est celle du potentiel et des atouts de la question posée, ils vont donc pouvoir trouver une carte dont l’énergie est en position de faiblesse. Personnellement, je n’adhère pas, mais bon encore une fois, à chacun de trouver « sa » Vérité…

Les partisans du « endroit/envers »

Un des adeptes les plus connus des cartes « endroit/envers » est Alexandro Jodorowsky. Je vous invite à consulter la retranscription d’une de ses interventions sur ce sujet spécifique : http://ecoledutarot.com/lettrejodorowsky.php?id=78&ret=3

Avant d’aller plus loin sur le sujet, il faut bien comprendre que les différentes énergies d’une carte sont toutes bonnes. A l’envers, ces énergies se déversent simplement d’une manière différente ou sur un objet différent, qu’elles ne le feraient à l’endroit. Pour autant, une carte à l’envers, peut parfois refléter les difficultés vécues par le consultant dans une situation donnée. Mais à quoi servirait une consultation qui laisserait repartir une personne avec : « c’est difficile, c’est comme ça… préparez vous à serrer les dents pour une paire d’années parce que ce n’est pas prêt de s’arranger… » ? Dois-je encore rappeler que l’avenir n’existe pas et qu’il nous reste à l’inventer ?

Alors, finalement, envers ou endroit ?

C’est finalement une histoire de « feeling » personnel. Personnellement, j’use des deux options selon des critères qui relèvent plus du « doigt mouillé » (celui que l’on lève d’une manière très scientifique pour déterminer d’où vient le vent !) que d’une conviction inébranlable. Tout ce qu’il faut retenir, c’est l’esprit du Tarot. Là où celui-ci prend tout son sens, en replaçant l’homme dans son présent et en l’invitant à revisiter son histoire à la lumière des images mises en visibilité sur la table. Non seulement rien n’est définitif mais encore pouvons nous dégager des pistes de réflexions et d’amélioration de la situation donnée. Effectivement, certains événements ne dépendent pas exclusivement de nous. Mais du moins sommes-nous responsables de la manière dont nous y faisons face. Cela peut paraître bien maigre comme marge de liberté, mais en y réfléchissant bien, l’ampleur de la tâche est largement suffisante pour occuper toute une vie…

Pour conclure, je dirais que dans la vie, à l’instar d’un couple réussi, ce qui fait la densité et la solidité de ce que nous vivons, ce n’est pas la quantité d’amour ou de passion investis au départ d’une action, mais la volonté et l’engagement de faire progresser les choses sur la durée et malgré les inévitables obstacles. En cela, le Tarot peut nous aider à nous orienter mais certainement pas agir à notre place.

11 comments for “Les cartes… endroit ou envers ?

  1. Clement
    14 octobre 2011 at 20 h 24 min

    Ben j’ adore , et j’ adhére tout simplement !

  2. corinne
    2 janvier 2012 at 10 h 29 min

    j’adhère aussi à cette approche du Tarot ‘à l’endroit’. Seule objection concernant ce que j’ai vu sur votre site pour le moment: l’utilisation du Tarot non restauré… Bonne continuation en tout cas.

    • admin
      10 janvier 2012 at 9 h 45 min

      Merci Corinne pour vos encouragements.

      Pour répondre à votre question sur le Tarot restauré… Vous parlez sans doute de la version Jodorowsky/Camoin. Ce Tarot est, à mon sens, une « restauration » dans l’esprit des auteurs mais également une » réinterprétation » du Tarot de Conver. De plus, ce dernier (Conver) est le plus récent des Tarots dits « historiques » et donc un des plus éloignés de la tradition.
      Pour autant, il m’arrive d’utiliser le Conver (non restauré) mais également des versions plus anciennes telles que le Dodal ou le Noblet. C’est surtout une histoire de convenance personnelle finalement. A chacun de trouver le ou les jeux qui lui « parlent » le mieux.
      Je m’efforce de faire des articles sur des sujets qui restent applicables aux différentes versions des Tarots présentes sur le marché actuellement, pour préserver la liberté de chacun d’utiliser le jeu qui lui convient.

      Bien cordialement,

  3. BERGIA Janine
    12 décembre 2012 at 7 h 54 min

    Bonjour Sandrine,
    Ayant fait une formation avec P.Camoin, j’adhère complètement à la méthode « endroit, envers ».
    Quelque part il existe « la solution au problème »…
    Votre article est trés intéressant,
    Bien à vous

    • admin
      12 décembre 2012 at 11 h 39 min

      Bonjour Janine,

      Effectivement, pour celles et ceux qui ne connaissent pas, la technique du tirage utilisée dans ce cas là propose des cartes dites « solution », ce qui, en soit est plutôt une bonne idée d’un point de vue psychologique.

      Nous sommes heureusement nombreux à pratiquer, non pas nécessairement ce type de tirage, mais un tirage qui, endroit ou envers, va pouvoir aider le consultant à prendre de la hauteur par rapport à son interrogation du moment et dégager des pistes de réflexions et/ou actions pouvant l’aider dans l’expérience qui est la sienne. Les consultations de type exclusivement « prédictionnel » sont, à mon avis, extrêmement « limites » d’un point de vue déontologique, quand bien même le tarologue serait très doué en la matière.

      Merci beaucoup pour ce partage d’expérience et pour vos encouragements.

      Bien à vous,

  4. Solune
    16 décembre 2012 at 19 h 04 min

    Pour moi, du fait que les personnages ont des pieds… sont en pied, quoi… on peut les retourner… et les lire à l’envers – aussi (ce qui remet Le Pendu à l’endroit…)
    Dans les cartes traditionnelles, souvent les rois, reines et valets n’ont pas de pieds et ne peuvent pas être retournés…
    Il me semble intéressant de tenir compte de ce fait ; cela permet aussi de nuancer l’interprétation, d’autant plus que les cartes à l’envers ne sont pas toujours négatives ; souvent elles indiquent un retard ou bien qu’une qualité propre à l’arcane n’a pas encore été travaillée…

    • admin
      20 décembre 2012 at 13 h 11 min

      Je ne peux qu’être d’accord avec vous quand vous dites « les cartes à l’envers ne sont pas toujours négatives »… Tout au plus peut-on dire qu’elles ne sont pas dans la position considérée comme « normale » par le commun des mortels ! Je ne débattrai cependant pas de la « normalité » ici, car cela nous entraînerait trop loin. Cependant, une carte envers peut tout simplement déverser son énergie sur un autre objet que si elle avait été à l’endroit. Par exemple une XIII à l’endroit (et selon la majorité des jeux mais pas tous) « ratisse » en se dirigeant vers la droite. A l’envers, elle le fait vers la gauche. Point. A nous de voir ce qu’elle fauche dans un cas comme dans l’autre. A nous de voir, selon le contexte, si elle fauche à bon escient ou si elle « pédale dans la semoule ». Si elle s’attarde sur un passé encore un petit peu trop « présent » et si elle fini un travail encore en cours. Ou si elle serait plus efficace en fauchant à droite plutôt qu’à gauche… Enfin, bref, tout cela peut se teinter de nombreuses nuances quant à l’interprétation et, soyons fous, à l’aide que nous pouvons proposer au consultant dans la lecture qu’il nous soumet. Ce qui est certain, c’est que le Tarot ne dit jamais rien « pour rien ». Lames endroit ou lames renversées. Et une fois que l’on est persuadé que le Tarot est un bon compagnon, aucune lame ou aucune « position » de lame ne doit faire peur ou au contraire enthousiasmer à l’extrême. Un bon compagnon n’effraie pas. Un bon compagnon ne flatte pas. Il parle « juste »… quand on lui pose une question !

  5. lavail
    15 juillet 2013 at 14 h 12 min

    Bonjour,
    j’ai une question peut être un peu naïve, mais je dispose d’un jeu de Tarot dont il est facile de distinguer l’endroit et l’envers de lame, face cachée. Ma question est donc, quelles sont les conditions pour qu’une lame sorte inversé? est ce pendant le mélange des carte ou est ce le consultant en choisissant ces cartes?
    merci d’avance pour votre réponse.
    Marie

    • admin
      16 juillet 2013 at 7 h 18 min

      Bonjour Marie,

      Non ta question n’est pas naïve Marie. Malheureusement, tu vas devoir, si tu souhaites utiliser les lames endroit/envers, investir dans un autre jeu dont le dos ne permet pas de distinguer la position de lames retournées. Cela arrive de temps à autre de tomber sur de tels jeux de Tarot, mais ce n’est pas la majorité loin de là. Vérifie bien lors de l’achat. Pour la seconde partie de la question : est-ce toi ou le consultant qui pioche les cartes, je dirais que lorsque tu lis le Tarot pour quelqu’un, il est toujours préférable que cela soit lui qui manipule le jeu. Ensuite, soit il te les tends et tu les disposes (de loin la meilleure solution), soit tu lui indiques sur la table l’endroit où tu souhaites qu’elles soient posées, une après l’autre. Dans le cas où tu opterais pour une lecture endroit/envers, fais bien attention à la manière dont le consultant te tend la carte afin de ne pas la retourner par mégarde en la posant… Cependant, j’ai coutume de dire que le Tarot trouve toujours le moyen de délivrer son message !

      Belle journée à toi Marie

      • lavail
        16 juillet 2013 at 9 h 47 min

        Bonjour,
        Merci beaucoup pour votre réponse. En fait, comme je commence à peine, la consultante c’est moi! j’aimerai maîtriser un peu plus la signification de chaque lames majeures et leurs significations ensembles…
        je pense que je vais continuer avec ce jeux, tan pis, tout sera à l’endroit, et j’investirai un peu plus tard dans un jeu qui me permettra de travailler endroit/envers.
        Merci encore.
        Bonne journée

  6. angele
    30 septembre 2013 at 11 h 24 min

    Bonjour, j’ai un tarot de marseille depuis plusieurs année, au début il n’y avait aucune carte à l’envert et maintenant quand je me tire les cartes j’ai pleins de cartes à l’envert, ai-je le droit de les remettre toutes à l’endroit ? Remettre tout mon jeu à l’endroit comme au début où je l’est acheté ? Le remettre à zéro quoi ? Merci de votre réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *