Parce que certaines contre-vérités ont la vie dure

Je n’hésite pas une seconde à partager avec vous ce texte édifiant qui reprend les principales légendes, dans le sens le moins noble du terme, sur le Tarot. Merci à Laurent Edouard de l’avoir traduit et transmis via les chroniques de la voyance. Vous pouvez visiter également son blog ici.

1. Thème : les origines du Tarot en termes chronologiques et géographiques

Suppositions : le Tarot viendrait Égypte, d’Inde, de Chine, de Fez (au Maroc), des soufis, des cathares, de la Kabbale juive ou de Moïse ; d’autres estiment encore que son origine est inconnue.

Connaissance historique actuelle : le Tarot est né au début du 15ème siècle (1420-1440) en Italie du Nord. Rien ne permet d’attester son origine en un lieu ou à une date autres. Les plus anciennes cartes existantes sont de somptueux jeux de cartes peints à la main que l’on trouvait dans les maisons nobles.

2. Thème : l’origine du mot « Tarot »

Suppositions : le mot est égyptien, israélite (hébreu) ou latin ; c’est un anagramme qui renferme la clé du mystère des cartes.

Connaissance historique actuelle : les dénominations les plus anciennes du Tarot sont toutes italiennes. À l’origine, les cartes étaient appelées « carte da trionfi » (cartes des Triomphes). Vers 1530 (soit 100 ans environ après la naissance des cartes), le mot « tarocchi » (« tarocco » au singulier) commence à être employé pour le distinguer d’un nouveau jeu de triomphes ou atouts, alors utilisé comme un jeu de cartes ordinaire. Nous ne connaissons pas l’étymologie de ce nouveau mot. La forme allemande est « tarock », la forme française « Tarot ». Même si nous connaissions l’étymologie, sans doute ne nous en apprendrait-elle guère plus sur le concept sous-tendant ces cartes, puisqu’elle fut adoptée 100 ans après leur première apparition.

3. Thème : l’origine culturelle des symboles du Tarot

Suppositions : le symbolisme des atouts vient d’Egypte (d’Inde ou d’un autre lieu exotique).

Connaissance historique actuelle : le symbolisme des atouts est issu de la culture européenne médiévale et de la Renaissance. La plupart des sujets du Tarot sont caractéristiques de la Chrétienté européenne. On trouve dans l’art européen des illustrations pratiquement identiques de chacun des sujets du Tarot, une précision analogique étrangère aux autres cultures.

4. Thème : les Gitans et le Tarot

Suppositions : les Gitans ont apporté le Tarot en Europe et en ont répandu l’usage.

Connaissance historique actuelle : plusieurs auteurs du 19ème siècle et notamment Vaillant et Papus ont popularisé cette idée dénuée de tout fondement historique. Il n’existe aucune preuve attestant l’emploi des cartes du Tarot par les Rom (les gitans) avant le 20ème siècle. Pour dire la bonne aventure, ils utilisaient essentiellement la chiromancie, et plus tard un jeu de cartes ordinaire.

5. Thème : lien entre le Tarot et les cartes à jouer ordinaires

Suppositions : le jeu de 52 cartes serait un descendant du Tarot ayant conservé le Mat (le Fou) comme seul vestige des arcanes majeurs (devenu le Joker).

Connaissance historique actuelle : c’est environ 50 ans avant le développement du Tarot que les jeux de cartes sont arrivés en Europe, probablement véhiculés par l’Islam via l’Espagne maure.

Entre 1375 et 1378, ils sont apparus de manière assez soudaine dans de nombreuses villes européennes. Les jeux de cartes européens étaient une adaptation des cartes mamelouks islamiques. Les couleurs des premières cartes étaient constituées de coupes (tasses), d’épées, de pièces de monnaie et de bâtons de polo (vus par les Européens comme des barres) ainsi que de figures consistant en un roi et ses deux subordonnés. Le Tarot complète cette structure par le Fou, les atouts et les reines. Un peu avant 1480, les Français ont introduit des cartes affichant les couleurs désormais connues que sont les cœurs, les trèfles, les piques et les carreaux. Les anciennes couleurs perdurent encore dans le Tarot et dans les jeux de cartes italiens et espagnols.

Le Joker a été créé vers 1857 aux Etats-Unis et employé comme une carte secrète au Poker et comme l’atout le plus puissant dans le jeu d’Euchre. Il semble n’avoir aucun lien direct avec le Fou du Tarot.

6. Thème : le Tarot « Charles VI » ou Tarot « Gringonneur »

Suppositions : ce Tarot aurait été inventé pour amuser le Roi français Charles VI en 1392, comme l’atteste un jeu de Gringonneur à la Bibliothèque Nationale à Paris.

Connaissance historique actuelle : un rapport daté de 1392 fait état du paiement reçu par Jacquemin Gringonneur pour peindre un jeu de cartes pour Charles VI.

Il s’agissait probablement d’un ensemble de cartes à jouer et non d’un Tarot. Le jeu de la Bibliothèque Nationale est un jeu peint à la main datant de la fin du 15ème siècle et originaire de l’Italie du Nord (probablement de Venise ou Ferrare).

7. Thème : le Tarot et l’alphabet hébreu

Suppositions : Eliphas Lévi (c. 1850) fut le premier à attribuer des lettres hébraïques au Tarot.

Connaissance historique actuelle : le Comte de Mellet, dont le court article sur le Tarot a été publié dans « Le Monde Primitif » de Court de Gébelin (1781), fut le premier à mentionner dans ses écrits une correspondance entre les lettres hébraïques et les cartes. Court de Gébelin a aussi brièvement évoqué cette idée dans son propre livre.

8. Thème : le Tarot censuré par l’Eglise

Suppositions : les églises Catholiques et Protestantes ont proscrit le Tarot (et tous ceux qui l’employaient) dans le but d’enrayer l’enseignement hérétique ou l’œuvre du Diable.

Connaissance historique actuelle : les Grands Inquisiteurs ont documenté dans le détail ce que l’Eglise considérait comme des preuves d’hérésie et le Tarot n’y a jamais été mentionné.

Nombre d’imprimeurs ont gagné leur vie en imprimant à la fois des cartes religieuses et des cartes à jouer. L’usage de jeux de cartes était parfois restreint ou proscrit en raison de leur utilisation dans les jeux d’argent. Quant aux cartes de Tarot, elles étaient parfois explicitement dispensées des interdictions pesant sur les jeux de cartes, peut-être en raison de leur lien avec les classes supérieures. En 1423, les cartes à jouer (aucune mention n’est faite des cartes du Tarot) furent, comme tant d’autres choses, jetées dans les feux allumés à Bologne par les disciples de Bernadin de Sienne lors d’une attaque menée contre les études et divertissements à finalité non religieuse.

Après la Réforme, l’Eglise s’est élevée contre les cartes représentant le Pape et la Papesse et les maîtres-cartiers les ont remplacées par des images moins sujettes à controverse.

9. Thème : l’utilisation initiale des cartes de Tarot

Suppositions : le Tarot était à l’origine employé pour la divination, la magie, l’enseignement de doctrines secrètes, etc.

Connaissance historique actuelle : selon les archives, le Tarot était régulièrement employé comme un jeu de cartes similaire au bridge. Pendant des siècles, le jeu fut prisé à travers une grande partie de l’Europe et reste encore d’actualité aujourd’hui, particulièrement en France. Les premiers poètes ont aussi utilisé les noms des atouts pour créer des « tarocchi appropriati », c’est-à-dire des éloges en vers décrivant les dames de la cour ou des personnages célèbres. Bien que les Tarots aient pu parfois être employés à d’autres fins, rien ne permet de clairement attester un tel usage des cartes, et ce longtemps après leur création.

Les archives d’un procès ayant eu lieu à Venise en 1589, soit 150 ans environ après l’apparition du Tarot, suggèrent une possible association du Tarot à la sorcellerie à cette date (au moins dans l’esprit des accusateurs). Après cela, il n’existe plus aucune corrélation entre le Tarot et la magie ou la divination jusqu’au 18ème Siècle (voir aussi les trois thèmes suivants).

10. Thème : le Tarot et la divination

Suppositions : il fallut attendre Etteilla et Court de Gébelin vers 1781 pour que le Tarot soit employé à des fins divinatoires.

Connaissance historique actuelle : des documents au caractère fragmentaire suggèrent cet usage plus qu’ils ne l’attestent. Le Tarot a été employé dès le 16ème siècle pour composer des poésies décrivant des traits de caractères (« Tarocchi appropriati »). En 1527, le destin d’une personne est évoqué en vers. Des documents font état de significations divinatoires attribuées aux cartes de Tarot à Bologne au début du 18ème siècle. C’est la première preuve incontestable d’un Tarot divinatoire, tel qu’on l’entend dans son acception la plus courante.

Cependant, on sait que le jeu de cartes ordinaire était associé à la divination dès 1487. On est donc en droit de penser qu’il en était de même pour le Tarot. Depuis les années 1790 et le jeu d’Etteilla, nous trouvons des illustrations du Tarot spécialement modifiées pour renvoyer des significations divinatoires et ésotériques.

11. Thème : la philosophie occulte et la conception initiale des Tarots

Suppositions : le Tarot d’origine ne comporte aucune caractéristique hermétique, hérétique ou kabbalistique.

Connaissance historique actuelle : ce thème est toujours d’actualité. Le début de la Renaissance italienne, qui a donné naissance au Tarot, était une époque d’activité et de foisonnement intellectuels intenses. Tous les courants de pensée se côtoyaient, de l’hermétisme à l’astrologie en passant par le néoplatonisme, la philosophie pythagoricienne enracinée dans l’Egypte d’Alexandrie et le christianisme hérétique. Ils ont pu, de façon collective ou individuelle, imprégner la conception du Tarot. Même s’il est bon de rappeler que la symbolique du Tarot dans son ensemble a des correspondances dans la culture chrétienne classique de cette époque, nombre de spécialistes pensent aujourd’hui que ces philosophies, sur lesquelles s’appuie l’occultisme, ont joué un rôle important dans la conception du Tarot.

12. Thème : le Tarot et la tradition ésotérique occidentale

Suppositions : le Tarot a toujours été un pilier de la tradition ésotérique occidentale.

Connaissance historique actuelle : les premiers auteurs occultes à débattre du Tarot étaient Court de Gébelin et le Comte de Mellet en 1781. Durant les 350 premières années de son histoire, le Tarot n’a été mentionné dans aucun des nombreux ouvrages traitant de philosophie occulte ou magique. Après 1781, l’intérêt occulte pour le Tarot s’est développé et ce dernier est alors devenu partie intégrante de la philosophie occulte.

13. Thème : les correspondances astrologiques, élémentaires et kabbalistiques

Suppositions : l’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée (ou Eliphas Lévi, Papus, Zain, Case, etc.) connaissait les véritables correspondances astrologiques, élémentaires et kabbalistiques avec le Tarot et corrigea les erreurs précédemment commises.

Connaissance historique actuelle : il existe de très, très nombreux systèmes de correspondances pour le Tarot. Aucun d’entre eux ne permet de remonter à ses origines, bien que la tradition française illustrée au travers des travaux d’Eliphas Lévi précède la tradition anglaise, popularisée grâce aux travaux de Waite et Crowley. La plupart des ensembles de correspondances s’appuient sur une logique et un système qui leur confèrent un sens et une utilité quand on les étudie dans leur propre tradition.

Les correspondances sont une question de choix personnel et d’intention ou d’adhésion à une école de pensée plutôt que l’expression d’un débat opposant le vrai et le faux.

14. Thème : le Tarot de Waite-Smith

Suppositions : le Tarot de Waite (ou « Rider Waite ») serait l’original, la référence ou le plus authentique des Tarots.

Connaissance historique actuelle : le jeu de Waite-Smith a été créé en 1909, ce qui en fait un jeu relativement récent au regard des six siècles d’histoire du Tarot.

A. E. Waite était un membre éminent de l’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée. Son jeu doit la plupart de son symbolisme à cette société secrète et marque une distanciation par rapport à la tradition française qui prévalait jusqu’alors. L’artiste, Pamela Colman Smith, a apporté sa propre vision, surtout dans la création novatrice des arcanes mineurs, tous richement illustrés de petites scènes. Durant de nombreuses années, le jeu de Waite-Smith fut le seul aisément disponible aux Etats-Unis de sorte que des générations entières d’amateurs de Tarot se sont familiarisées avec. Aujourd’hui, il n’existe aucune version véritablement « définitive » du Tarot.

La diffusion de la très renommée Croix Celtique, rendue publique par Waite comme « une antique méthode celtique de divination « est, elle aussi, relativement récente, même si Waite n’en est pas l’auteur.

15. Quelques précautions quand on écrit à propos de l’histoire du Tarot :

– Les termes « arcanes majeurs », « arcanes mineurs », « Grande Prêtresse » et « Hiérophante » sont anachroniques au regard des plus anciens jeux de Tarot. Les termes historiques appropriés sont « les atouts et Le Fou » (Le Fou n’est généralement pas considéré comme un atout), « les cartes des Honneurs », « La Papesse » ou « La Popesse » et « Le Pape ». De même, les termes « Deniers » et « Bâtons » ont relativement récemment remplacé les termes traditionnels « pièces de monnaie » et « barres » ou « Bâtons ».

– Les titres italiens originaux des cartes étaient dans certains cas différents des titres français ultérieurs (et de leurs traductions anglaises) qui nous ont été transmis au travers du Tarot de Marseille et de ses descendants. Aussi, l’ordre des atouts a considérablement varié en Italie, le pays d’origine des cartes ; on ignore quel était le premier ordre. Même le nombre de cartes du jeu a considérablement varié ! Il convient donc de se montrer prudent lorsque à partir des titres habituels et leur ordre, on émet des affirmations sur le sens original des cartes.

– L’intention ayant animé le ou les créateur(s) du Tarot lors de la sélection des symboles attribués aux cartes d’atout est inconnue, et ce malgré de nombreuses hypothèses, dont certaines plus plausibles que d’autres. Les auteurs devraient s’abstenir de laisser entendre que cette intention est connue ou évidente.

16. Sources et suggestions de lectures :

– Ronald Decker, Michael Dummett et Thierry DePaulis, A Wicked Pack of Cards (un dangereux paquet de cartes)

– Michael Dummett, The Game of Tarot (le jeu de Tarot)

– Cynthia Giles, The Tarot : History, Mystery, and Lore (le Tarot : histoire, mystère et coutumes)

– Stuart Kaplan, The Encyclopedia of Tarot, Vol. I & II

– Gertrude Moakley, The Tarot Cards Painted by Bonifacio Bembo

– Robert V. O’Neill, Tarot Symbolism

– Brian Williams, A Renaissance Tarot

– Brian Williams, The Minchiate Tarot ( Le Tarot de Minchiate, à Florence)

17. Sites Web :

– The Hermitage, http://www.crosswinds.net/ hermit

– Andy’s Playing Cards, http://www.geocities.com/a_pollett/

– Villa Revak, http://jwrevak.tripod.com/

– Sources of the Waite-Smith Symbols, http://www.geocities.com/ ninalee//oneill/


Source : TarotL, traduction copyright : Laurent Edouard

j’aime

3 comments for “Parce que certaines contre-vérités ont la vie dure

  1. mutation divine
    2 novembre 2011 at 19 h 13 min

    Actuellement,tous se penchent sur la date de creation du premier tarot.Soite,mais personnelement,la maniere de sa creation m’interresse plus;
    Est ce un genie qui seul dans son coin nous a pondu d’untrait ces dessins?Est ce une bande de joyeux larrons qui lors d’une beuverie sans fin ont peinturluré leurs cauchemards?Est ce chaque arcane un concept propre a toutes les religions,et ont ete approffondies de moulte details par une meme ecole,maitre et eleves,(rapidement donc,dans le but d’enrichir la profondeur),ou est ce un blagueur,qui nous a legue une immense farce: »faire le con en esperant que les autres soient intelligents ».

    Cette question me turluzob,pardon,me turlupine!!!!
    Car si le tarot est la representation de tout l’esoterisme,ceux qui l’ont dessiné devait avoir une connaissance enorme en ce sujet.
    Car definir un theme cher a dieu d’un symbole,rendez vous compte de ce qu’il yavait dans leurs tete….Mais eux connaissaient la finalite du tarot:l’esoterisme,dieu,la religion,….
    Comment savaient ils definir un theme a partir d’un symbole,et inversement…Que chaque details de chaque arcanes est une meditation profonde sur l’humanité entiere .
    Qui etaient ils?Non pas egyptien,hebreu,ou lapons,mais de fort grands sages en religion….

    A mon avis…A+

    • admin
      2 novembre 2011 at 20 h 22 min

      Je suis tout à fait sur la même longueur d’ondes…

      Finalement, quand bien même on m’annoncerait de façon certaine la date de création et le ou les auteur(s) du Tarot, que cela n’aurait finalement qu’un intérêt anecdotique pour moi… Ce qui me fascine dans le Tarot, c’est l’histoire de l’Homme (et de la Femme naturellement) et son rapport avec son chemin de vie et son ou ses Dieu(x) ou ce qui lui en tient lieu. Finalement, le Tarot, ce n’est pas plus compliqué que cela.

      Alors on peut continuer à se battre pour ses origines car, évidemment, le Tarot parlant de cela, parle tous les langages des mythes, des religions, des philosophes, des alchimistes, des psychologues de toutes époques et cultures confondues… Il est égyptien, hébreu, judéo-chrétien, arabe, hindou, préhistorique, antique, moyen-âgeux, révolutionnaire, contemporain, etc. Il est tout cela à la fois et plus encore. Il EST.

      Si certains parallèles avec tout ce qui est évoqué ci-dessus peut être intéressant d’un point de vue culturel, cela ne doit pas nous faire oublier que nous parlons de la même chose : l’Homme et son Dieu… ou l’Ame et son Dieu… ou la Maison-Dieu…

      Que l’Amour soit avec toi cher MD

  2. mutation divine
    3 novembre 2011 at 17 h 12 min

    C’est vrai que a toujours lire les memes « disputes »de gens competents sur le premier tarot,m’eloigne de ce sujet.
    J’ai resolu le probleme et me dis que le premier tarot,du moins dans l’idée a ete dessinée a Lascaux dans des grottes il y’a quelques millions d’années.Car si j’expose ceci,a mes yeux,il n’y a pas grandes differences entre le tarot esoterique,et ces peintures….L’un explique le chemin de Dieu que l’on craint,et l’autre,le chemin des betes feroces que l’on craignait,et admiraient…Dans l’idée,il doit pas y avoir beaucoup de difference…

    Maintenant,qu’on me dise que le tarot a ete créer par les egyptiens,ou hebreu,ou meme par ma grand mere,que cela ne me touche pas plus que ça.Par contre je suis en admiration devant ces personnes qui ont dessinés ces arcanes d’une maniere complete et totale,alliant a peu pres tout les sujets(du chemin de dieu,a l’alchimie,ou l’arbre des sephiroths,de la psychologie la plus profonde,a la maniere de nous sortir des eceuils psychologique,…)
    Devant l’infini message et leurs infinie puissance,je suis en admiration totale devant eux.Car pour le dessiner,il faut le connaitre…Il faut tout connaitre de l’homme….

    Voilà!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *